Vous avez décidé de sauter le pas et de devenir freelance ? Excellente idée : le travail en indépendant devrait continuer à se développer dans les années à venir et les entreprises font de plus en plus appel à ce type de prestataire de services. Mais devenir freelance ne s’improvise pas : il est essentiel de bien préparer sa reconversion professionnelle, que vous soyez actuellement étudiant ou salarié. Comment faire pour travailler en freelance ? Comment débuter dans les meilleures conditions et trouver des clients ? Découvrez des conseils concrets sur comment devenir freelance et tout ce que vous devez savoir pour décrocher vos premières missions.

N’attendez pas pour vous lancer. Faites-vous confiance et devenez votre propre patron.

Débuter gratuitement

Freelance : définition et avantages 

Un freelance – aussi appelé un free – est une personne qui travaille à son compte et propose ses services à des particuliers ou des entreprises.

Travailler en freelance offre de nombreux avantages : la liberté de choisir ses projets et horaires, la possibilité de travailler n’importe où ainsi qu’une vraie indépendance et autonomie. Pas de chef qui vous impose d’être au bureau de 9h à 18h, de comptes à rendre à un N+1 ou de collègues susceptibles à gérer ! Devenir freelance, c’est travailler selon ses propres règles, quand vous voulez et où vous voulez.

Mais il y a aussi le revers de la médaille : la solitude, l’absence de cadre qui peut favoriser la procrastination et des frontières parfois floues entre vie professionnelle et vie privée. Si vous êtes du genre à avoir du mal à vous auto-discipliner, le travail en freelance n’est peut-être pas fait pour vous. Être freelance requiert de savoir s’organiser, gérer ses priorités et avancer dans ses projets sans supervision. 

Selon une étude Malt sur le freelancing, 90 % des freelances le sont par choix. Les principales motivations qui poussent à devenir freelance sont : l’autonomie (citée par 88 % des freelances interrogés), la liberté d’organiser son emploi (pour 81 %), la possibilité de choisir ses clients et projets (pour 57 %) et de choisir son lieu de travail (pour 37 %).

Mais il existe d’autres raisons de se lancer en freelance : 

  • créer son propre emploi dans une région avec peu d’opportunités professionnelles ; 
  • pouvoir concilier son travail avec un side project ou un side business, comme une boutique en ligne e-commerce ou dropshipping ;
  • gagner un complément de salaire en plus de son emploi, en étant à la fois auto-entrepreneur et salarié. De plus en plus de personnes choisissent ainsi d’être slasheur, menant plusieurs activités de front ; 
  • acquérir de l’expérience dans un domaine donné en travaillant auprès d’un entrepreneur, avant de se lancer soi-même dans l’entreprenariat ;
  • générer du cash pour avoir un budget de départ à investir dans son business ou son entreprise.

Quelques soient les raisons qui vous motivent à devenir freelance, il est important de bien préparer votre transition.

Devenir freelance : les 5 étapes clés

Avant de se lancer dans le grand bain, travailler à son compte et générer des revenus en freelance, il y a quelques étapes préalables : définir son offre, choisir un statut juridique, fixer son tarif, travailler sa visibilité en ligne et trouver ses premiers clients. On vous explique comment faire 

Devenir indépendant étape 1 : définir son offre de services

Quand on se lance en freelance, la première étape est de déterminer l’expertise que l’on va vendre. Cette expertise dépend de vos compétences bien sûr, mais aussi des besoins et de la demande sur le marché. 

Par ailleurs, lorsqu’on se lance en freelance, on a tendance à vouloir avoir un spectre d’activité assez large pour avoir le plus d’opportunités. Mais les entreprises qui font appel à des freelances ne cherchent pas des généralistes : elles veulent des spécialistes avec des compétences pointues. 

Ainsi, si en tant que salarié vous aviez un titre de « Chargé de communication », au moment de devenir freelance, vous pourriez être tenté de vous définir comme « Consultant en communication ». Mais cette une appellation est beaucoup trop vague et laisse planer le doute sur vos compétences : rédaction ? relations médias ? réseaux sociaux ?

Selon 404works, les métiers les plus recherchés en freelance sont :

  • Développeur web
  • Rédacteur
  • Graphiste
  • Développeur front-end
  • Webdesigner
  • Commercial
  • Développeur back-end
  • Designer
  • Community manager
  • Développeur mobile

Comme vous le voyez, il s’agit d’expertises précises ! Vous pouvez également réfléchir au type d’entreprises avec lesquelles vous souhaitez collaborer. Dans la rédaction par exemple, de nombreux freelances se spécialisent dans une industrie ou un secteur d’activité : santé, énergie ou agro-alimentaire par exemple. Certains freelances choisissent également de s’adresser à un type d’entreprise en particulier : TPE, PME, entreprises de services ou grands groupes.

Vous l’aurez compris, la spécialisation est essentielle pour réussir en freelance !

Devenir freelance étape 2 : choisir un statut juridique

Devenir freelance, c’est aussi devoir gérer de l’administratif, à commencer par le choix d’un statut juridique. Le plus simple pour se déclarer freelance quand on débute, c’est de créer une micro-entreprise (ex statut auto-entrepreneur). Avec ce régime simplifié, vos obligations comptables sont réduites au minimum. Vous n’aurez pas à collecter et à déclarer la TVA (jusqu’à un certain seuil). Et surtout, les cotisations sociales sont réduites comparé à d’autres statuts. Nous avons consacré un article à comment lancer une micro-entreprise

Dans certains cas, et après un certain temps en tant que freelance, il peut être intéressant de créer une société. Des freelances travaillent ainsi en EURL ou en SASU. Contrairement à la micro-entreprise, une société permet de déduire ses charges de son chiffre d’affaires ou de récupérer la TVA sur ses achats (mais il faut la collecter aussi). Une société offre aussi une meilleure protection sociale.

Certaines grandes entreprises préfèrent par ailleurs travailler avec des freelances en société pour minimiser les risques juridiques. En effet, si vous travaillez en micro-entreprise pour un seul client de manière exclusive, la relation peut être considérée comme du salariat déguisé

Mais la micro-entreprise est un statut parfait pour se lancer en freelance, et vous pourrez toujours changer de statut le moment voulu !

Devenir indépendant étape 3 : fixer son tarif 

Autre étape préalable avant de commencer à travailler en freelance : définir son tarif, c’est-à-dire à quel prix vous allez vendre vos services. En freelance, on parle de taux journalier moyen ou TJM, c’est-à-dire le prix d’une journée de travail (généralement de 8 heures). Selon les métiers, les TJM varient entre 250 € et 850 € (pour les expertises les plus rares et recherchées).

Pour déterminer votre TJM, commencez par regarder à combien se vendent les freelances avec vos compétences et votre expérience, par exemple en navigant sur la plateforme de freelance Malt. Cela vous donnera un ordre d’idée du TJM que vous pouvez pratiquer.

Autre méthode pour fixer son TJM : réfléchir à vos revenus souhaités et faire un calcul sur la base du nombre de jours travaillés. En freelance, on a souvent tendance à surestimer le nombre de jours travaillés dans l’année. En effet, il faut dédier du temps chaque semaine à l’administratif (devis, factures, contrats, etc.) ainsi qu’à la prospection (démarchage ou réponse à des sollicitations). Et puis, vous ne travaillez pas tout le temps : il faut prendre des jours off pour se reposer et recharger ses batteries. On estime ainsi qu’un freelance travaille 210 jours par an en moyenne, et que seulement 160 jours sont de la production pure facturable à ses clients.

Pour calculer votre TJM idéal, prenez vos revenus annuels souhaités, majorez-les des cotisations sociales que vous aurez à payer (22 % de votre chiffre d’affaires en statut micro-entreprise) et de vos charges annuelles (loyer d’un espace freelance, forfait Internet, logiciels, etc.) et divisez par 160 ! 

Pour certaines missions, on pourra vous demander un taux horaire : divisez alors votre TJM par 8. Vous pourrez aussi proposer un forfait, sur la base d’une estimation du temps passé. Certains métiers ont des pratiques plus spécifiques, comme la facturation au mot dans la rédaction web. 

Devenir freelance étape 4 : travailler sa visibilité en ligne

Vous êtes clair sur ce que vous vendez, votre statut juridique et votre tarif ? Il est temps de le faire savoir au monde entier 😉 

Quand on est freelance et que l’on veut se faire connaître, il y a deux principaux canaux à travailler : LinkedIn et les plateformes de freelance. LinkedIn est LE réseau social professionnel par excellence, et il regorge d’opportunités. Faites-savoir que vous êtes devenu freelance, en changeant votre titre de profil et poste actuel. Travaillez sur votre section « À propos », avec un texte percutant qui présente vos services et vos atouts. N’hésitez pas à publier un post pour informer vos contacts de votre nouvelle activité. Trouver des missions en freelance passe souvent par son réseau !

Une fois votre profil LinkedIn mis à jour, dirigez-vous vers LA source principale de missions : les plateformes de freelance. Ces plateformes fonctionnent sur le même principe que Airbnb, sauf que la mise en relation se fait entre freelances qui vendent leurs services et entreprises qui recherchent des compétences.

Créez un profil sur ces plateformes, en remplissant toutes les informations demandées pour avoir un profil complet.

Nous vous conseillons de commencer avec Fiverr qui met en relation un client avec un prestataire. Fiverr connecte des entreprises de toutes tailles avec des freelances offrant des services digitaux à travers le monde entier (160 pays) et dans plus de 500 catégories, telles que la conception graphique, le marketing digital, la programmation, la vidéo et l’animation… La richesse de son catalogue permet de proposer plusieurs expertises au même endroit et simplifie grandement l’expérience utilisateur . 

Les plateformes françaises tendent à être un peu plus sélectives ou concurentielles. Nous vous recommandons Malt, 404works et Crème de la Crème qui offrent des missions très variées. Il existe aussi des plateformes spécialisées, comme Codeur.com pour les profils tech. 

Sur certaines plateformes, c’est vous qui postulez à des missions proposées par le client (dont le tarif peut être défini à l’avance ou négociable). Sur d’autres, seul le client a la possibilité de vous contacter et les missions ne sont pas visibles. 

Certains freelances choisissent de créer un site Internet, y consacrant souvent beaucoup de temps et d’efforts pour un retour sur investissement très faible (peu de visites). Si vous venez de devenir freelance, nous vous conseillons plutôt de vous concentrer sur LinkedIn et les plateformes pour une bonne visibilité.  

Devenir freelance étape 5 : trouver ses premiers clients 

Vous voici arrivé au moment fatidique : décrocher votre toute première mission en freelance ! Cette étape n’est pas la plus aisée, mais une fois passée, tout sera beaucoup plus facile. Lorsque vous êtes un freelance débutant et que vous n’avez pas d’avis sur les plateformes, les clients peuvent être réticents. C’est comme quand vous louez un logement sur Airbnb : un logement sans commentaires ou note est rarement votre premier choix, n’est-ce pas ? 

Alors, comment mettre toutes les chances de votre côté et décrocher cette première mission qui vous servira de tremplin ?

Prenons l’exemple avec Fiverr. Chacune de vos offres doit proposer un service concret en adéquation avec votre cible et afficher un descriptif précis et un prix. Il est important de soigner votre image via le vocabulaire et les contenus visuels (photos, vidéos) choisis.

Un prospect doit comprendre rapidement qui vous êtes, vos compétences, ce que vous proposez (portfolio), votre approche du problème et pourquoi il devrait vous faire confiance à vous plutôt qu’à un autre prestataire sur la plateforme.

Comme dans un moteur de recherche classique, Fiverr va proposer des prestations aux prospects en fonction des mots-clés demandés. Plus vous aurez anticipé et serez précis sur ce qu’ils vont chercher, plus  vous aurez de chance de vous démarquer. Soignez vos descriptions de profils et d’annonce en étant concis,  précis et explicatif dans la description du travail que vous allez fournir. Pensez à la mise en page et au partage de vos plus belles réalisations puisque Fiverr vous le permet avec la possibilité d’ajouter des fichiers PDF.

Pour capter ses premiers clients et avoir de premières notes sur Fiverr, faire appel à ses propres réseaux sociaux peut s’avérer utile. Pensez aussi à intervenir sur les forums communautaires, après tout si un client cherche une information il risque de passer sur les forums de Fiverr pour trouver sa réponse, et s’il vous y voit ça lui donnera peut-être envie de découvrir votre profil.

Les avis et notes des clients sont affichés publiquement et sont un vrai accélérateur de conversion. Il est important de les prendre en considération, les bons comme les mauvais, pour progresser et améliorer sensiblement la qualité de votre offre.

Plus vous vendez de missions et plus les retours clients sont positifs et plus votre note augmentera. Ce qui vous donnera plus de légitimité et augmentera votre  confiance envers de futurs clients, etc. De plus,  vous ressortirez dans les résultats du moteur de recherche de Fiverr. Une autre astuce pour améliorer votre score : offrez plus que la demande initiale. Si on vous demande un logo, proposez-en 2 ou faites des déclinaisons de coloris, etc. L’effort supplémentaire vous sera récompensé et vous vaudra certainement un meilleur avis du client. 

Fiverr est reconnu pour sa rapidité d’exécution. Offrez à votre client un support et une communication impeccable, facilité avec les outils à disposition (interface, application Fiverr). Non seulement cela évitera que le client contacte de multiples prestataires, mais cela le rassurera aussi sur votre sérieux et votre envie de collaborer avec lui.

Dernier conseil, testez vos tarifs. Vous pouvez commencer avec des tarifs attractifs pour obtenir rapidement vos premières commandes et recevoir de bonnes notes. Ensuite, sentez vous libre d’ajuster vos prix et vos offres en fonction du temps que vous voulez travailler et de vos besoins. Libre à vous d’opter pour la quantité ou la qualité.

Soignez enfin votre entrée en relation avec les clients. Lorsque vous postulez à une mission, ayez une attitude professionnelle et irréprochable. Prenez le temps d’étudier les éléments de l’offre, le site Internet du client ou tout autre élément pertinent, pour faire une réponse personnalisée. C’est certes un investissement de temps, mais une stratégie payante !

Certaines plateformes permettent également d’obtenir des recommandations de personnes extérieures, par exemple d’anciens collègues ou de clients de votre vie salariée. Sollicitez-les pour qu’ils vous laissent une recommandation. Ce sera un gage de sérieux et de confiance pour vos futurs clients.

Conclusion

Voilà donc comment devenir freelance en 5 étapes ! Les premières semaines peuvent être difficiles. C’est un monde nouveau et il vous faudra découvrir les codes et les règles du travail en freelance. Mais, avec de la persévérance et de la détermination, vous décrocherez vos premières missions et pourrez commencer à gagner votre vie en freelance. 

Pour vous simplifier la vie au départ, inscrivez-vous sur une plateforme de freelances pour booster votre visibilité et décrocher  rapidement vos premiers clients.

Devenir freelance : les 5 étapes

  1. Définir son offre de services
  2. Choisir un statut juridique
  3. Fixer son tarif
  4. Travailler sa visibilité en ligne
  5. Trouver ses premiers clients

Vous souhaitez en savoir plus ?